Les 40 ans du jumelage à Montluel

1978. Qu’évoque cette date pour vous ? Le hit de Claude François Alexandrie, Alexandra, oui, d’accord. Mais encore ? La vie mode d’emploi, de Pérec. Bien… mais vous n’y êtes pas. Pourtant vous y étiez, enfin, certains d’entre vous, jeunes trentenaires, aujourd’hui septuagénaires… Et beaucoup d’autres vous ont rejoints au fil des ans… Eh oui : le jumelage de Montluel et d’Ostfildern. 40 ans que cela dure. Et tous les 5 ans un jubilée. On a donc fêté le 40ème il y a quelques jours, en grande pompe et en musique mais toujours avec un maître-mot : convivialité.

Une autre ville jumelle d’Ostfildern était invitée, Mirandola. Les Italiens sont d’ailleurs venus en nombre, 37 exactement, principalement les jeunes de deux formations de guitares, emmenés par leurs professeurs Eugenio Polacchini et Mauro Bruschi – et bien sûr avec le maire Maino Benatti et quelques mamas pour encadrer tout ce jeune et joli monde. Les temps forts de ce long weekend : à Sainte-Croix d’abord, le dimanche 29 avril, lors d’une soirée festive, amicale et décontractée, réunissant Français, Allemands et Italiens.

photos du 28 & 29 avril 2018

Puis à Balan qui accueillait lundi 30 avril, le temps officiel de cet anniversaire, lors d’une soirée réunissant 200 personnes.

Le maire d’Ostfildern, Christof Bolay  et, pour le côté français,  les représentants des dix communes historiques du jumelage ont réaffirmé cet engagement pris il y a quarante ans et signé la charte du renouvellement du jumelage. Maino Benatti a remis à Marc Grimand, représentant des maires, le relais dont nous serons dépositaires jusqu’au prochain jubilée ; ce sera en 2019, lorsqu’Ostfildern fêtera les 10 ans de son jumelage avec la ville autrichienne d’Hohenems. Nous nous rendrons à Otfildern en octobre 2018 pour le deuxième volet de ce jubilée, les inscriptions sont ouvertes…

La fête a été réussie, grâce aux musiciens (guitaristes, combo jazz de Montluel, EIME), grâce aux maires qui ont eu des paroles fortes et ont su donner un sens à cet événement et aux 40 ans du jumelage,  grâce à tous ceux qui ont accueilli nos amis Italiens ou Allemands et ont fait vivre cette convivialité qui toujours a présidé aux échanges franco-allemands dans le cadre de notre jumelage. Plus qu’une relation détaillée des activités, des photos, qui illustrent ces trois jours mémorables.

Morceaux choisis :

Extrait du discours de Marc Grimand, maire de Pizay :

” … Qu’en est-il aujourd’hui, après quatre décennies, l’objectif est-il atteint ?  « Nous unissons nos villes et nos communes pour que nos jeunesses s’habituent à la vie, aux mœurs du pays partenaire, pour créer des occasions de rencontre dans le cadre des échanges de scolaires et de jeunes ». C’est en ces termes que, le 11 septembre 1978, fut scellée l’amitié franco-allemande par la signature de l’acte de jumelage entre la nouvelle entité Ostfildern en Allemagne née d’une réforme communale et les 10 communes françaises, Montluel et ses communes environnantes ainsi que Beynost ici représentées. Mais c’est également pour que « les regards soient tournés vers la naissance d’une Europe commune ». Cette Europe qui aujourd’hui malgré quelques imperfections nous a assuré la paix. Alors laissons du temps au temps comme l’on dit pour que cet élan concrétise tous les espoirs que nous avons placé en lui. ”

Extrait du discours de Christof Bolay :

“… Donner la chance aux jeunes générations de connaitre un autre pays, faire ses propres expériences, venir à bout des préjugés, se découvrir des points communs. Tout cela est particulièrement important à l’heure où le nationalisme et le séparatisme se développent à nouveau. Les acquis que nous avons, en Europe, comme la libre circulation des personnes, la monnaie unique, et beaucoup d’autres choses encore, sont bien trop importants pour que nous y renoncions pour la vanité de certains dirigeants, qu’ils soient ici ou outre atlantique.

Aucune génération, jusqu’à ce jour, n’a été autant ouverte sur le monde et ceci dès sa prime enfance. Ceci constitue une chance énorme pour la construction d’un avenir commun.

Mais nous devons également saisir vigoureusement cette chance, ne pas laisser le champ libre à ceux qui braillent machin-first … ”

La suite? A Ostfildern, en octobre.

photos du 30 avril 2018